VENDREDI 13 mai 2016

 

 

18 h -  VERNISSAGE

« DIABOLUS EX MACHINA »

Un roman graphique d’Hicham Lasri

 

« C’est le récit d’un personnage de fiction qui arrive de loin pour intégrer une case de dessin vide. Plus il s’approche, plus le bruit de ses pas s’amplifient. Arrivé dans l’écrin de sa case vide, il reste muet, et même quand la bulle de dialogue / le phylactère apparaît au-dessus de sa tête, celle-ci reste vide. Le personnage n’arrive pas à parler, il est tétanisé. Une bulle de réflexion apparaît et on entend le monologue du personnage : « Dis quelque chose, on va te prendre pour un débile si tu restes debout à ne rien faire. Dis quelque chose, avant qu’on ne te vire de ta propre vie… » Il sourit.  Mais le phylactère reste vide. Au fil des cases, de ce qui ressemble à un entretien d’embauche pour un personnage de bande dessiné, il se décrit comme un arabe gentil, un homme dans le monde qui essaie de donner sa vision de l’univers, où le dégout de soi est le dénominateur le plus commun. »

 « Diabolus ex machina » est le premier roman graphique d’Hicham Lasri. Cinéaste et écrivain, mais aussi dessinateur, son univers urbain et pop n’attendait qu’une occasion pour se développer dans un récit graphique, comme une synthèse possible entre son langage cinématographique et son langage littéraire.

« Diabolus ex machina » est publié dans le cadre de MASNAÂ # 4, sous la forme d’une exposition et fera l'objet d'une publication sous la forme d’un livre édité par les Éditions Le Fennec.

 Hicham Lasri est cinéaste et écrivain. Il a publié deux pièces de théâtre, "(K)Rêve" (Grand Prix de l’union des écrivains du Maroc - 2005) et "Larmes de joie un jour de Zemzem" (Editions de La Gare – Paris 2008) et de deux romans, "STATIC" (Editions La Croisée des Chemins, 2010) et "Sainte Rita" (éditions Le Fennec, 2015). Il est l’auteur de quatre long-métrages, "The End" (2012), "C’est eux les chiens" (2013), "The Sea is Behind" (2015) et "Starve your dog" (2016).

 

 

LA PARALLÈLE

EXPOSITION

 

 

 20 h – « Longing »

d’Alexandre Roccoli - Danse

 

 

Le chorégraphe Alexandre Roccoli a créé « Longing » en septembre 2014 aux Subsistances à Lyon. Cette pièce déploie un dispositif chorégraphique et sonore immersif qui explore à la fois le geste ancestral du tissage, le motif de la résistance passive et celui de la tension physique dans la claustration. L’écriture du corps se travaille ici comme un tissage où les motifs se font et se défont, s’effilent, se dénouent dans un mouvement obsessionnel presque halluciné. Dans le droit fil de ses précédentes pièces qui exploraient l’état de transe, « Longing » amène le corps chorégraphique au bord de la rupture à la limite d’un état second générant une intense émotion.

« Fils de mineur, Alexandre Roccoli se passionne pour les gestes oubliés, méprisés, invisibles. « Longing » coagule ses recherches au long cours auprès de détenus, de tisserands et de marginaux d’hier et d’aujourd’hui. Il invite ainsi dans ses spectacles la mémoire réelle et fantasmée de ces mondes que l’art chorégraphique ignore largement. » François Chaignaud

 

 

Direction, conception : Alexandre Roccoli.

Danse : Malika Djardi.

Musique, composition : Benoist Bouvot.

Tissage lumière : Simon Krahl.

Vidéo : Alexandre Roccoli, Simon Krahl.

Montage : Simon Krahl.

 

 

Institut français de Casablanca

2 performanceS

60 DH / 80 DH

 

 21 h – Shinigami San

Live electro / vidéo

 

Le live de Shinigami San prend la forme d’une transe méditative. Scrutant sans relâche de nouveaux territoires soniques, le parcours de Shinigami San arrive aujourd’hui à la croisée des chemins, entre le solide et le gazeux. Les substances sonores distillées sont de plus en plus instables et génèrent des densités nouvelles. La matière sonore ne semble plus être une prison mais le support d’un voyage.

Musicien et vidéaste, acteur de la première heure de la scène électronique tunisienne, Shinigami San est un artiste inclassable. Passionné par l’improvisation, il s’efforce d’apporter cette part de risque et d’imprévu à la musique électronique.

 

TOUS DROITS RESERVÉS ©. L'ECOLE DE LITTÉRATURE 2014 - 2016